Jonas Fans


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Under the moonlight _ Kristen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Under the moonlight _ Kristen.   Ven 21 Aoû - 11:57


    the vampire & the wolf .


    Vingt-quatre heures. Tel était le temps qu'il lui restait avant son inéluctable métamorphose mensuelle. Heures qui s'écouleraient à la manière de secondes, comme toujours, pour finir par s'accélérer. Ne restant alors plus qu'un mauvais souvenir, qui viendrait s'ajouter aux autres, laissant place à un nouveau cycle lunaire. Ce n'était qu'un cercle vicieux. Une suite infinie et répétitive, dont il lui était impossible de s'échapper. Ce qui effrayait le plus le jeune homme - car oui, même s'il refusait de l'avouer à quiconque, la peur le rongeait à l'approche de ces nuits blanches - était cet indescriptible sensation de bien être, de force avec lesquelles il se réveillait au lendemain des nuits de pleine lune. Oh! Comme il aurait aimé s'en défaire! Ce bonheur un peu ivre qui l'assaillait ne faisait qu'acérer les crocs de sa culpabilité. Il n'y pouvait rien, cependant, et c'était à l'instinct animal qu'il devait cette joie aux facettes folles. A la veille de ces nuits qui faisaient de lui un monstre humain à la bestialité sans égale, une sorte de fébrilité l'envahissait, et le plongeait dans un état de nervosité difficilement contrôlable. Les années lui avaient appris à contenir cette agitation anormale, qui aurait risqué d'alerter les autres membres de sa famille. Rares étaient les personnes ayant connaissance de sa double nature, et exception faîte des autres loups, personne n'aurait pu remarquer quoi que ce soit. La première personne à l'avoir découvert l'avait surpris sous son plus mauvais jour. Il ne l'avait pas tuée. Sans qu'il ne sache comment, la jeune fille avait été épargnée. Miracle, peut être, appelez cela comme vous le souhaiterez, mais les faits étaient là.

    Les branches craquaient à peine sous le pas léger du jeune homme. Maître de l'art de la discrétion, sans nul doute. Déambulant de sa démarche agile entre les arbres, énergique malgré son apparence fiévreuse, et les cernes mauves qui se dessinaient sous son regard d'opale, Arès n'avait pas trouvé le sommeil. Il avait longtemps cru naïvement que cela s'arrangerait, mais ce soir, inutile de se faire d'illusions. Quittant la forêt dans la nuit, pour regagner le cœur de la ville et son réseau de ruelles. Les risques étaient énormes. Peu lui importait. Que pouvait-il bien gagner à rester ainsi enfermé dans l’enceinte de la forêt... Alors que tout en lui, lui hurlait de retrouver les vieux quartiers de cette ville monstre. Sa manière à lui de s'évader, sans faire appel à son subconscient. Pourtant, la forêt était le lieu le plus sûr et agréable, selon lui. On atteignait décidemment les limites du paradoxal... Il la connaissait par cœur, et y trouvait une atmosphère rassurante, qui lui était devenue familière avec le temps. Elle accueillait ses plaintes depuis tant de jours déjà... C'était dans ces moments d'intense solitude, qu'il se sentait le plus libre. Libre de penser, d'agir à sa guise, de s'assumer totalement... Les impulsions soudaines qui l'animaient, et ce notamment lorsque la lune gagnait en croissant, lui rappelant cette première nuit d’été, ne faisaient plus qu'un avec la nature. Oui, Arès se sentait libre, et vivant. La luxuriante végétation évoluait sur des kilomètres, et les créatures qui peuplaient les bois variaient, tant par leur originalité que par leur degré de férocité. Arès savait pourtant en s'y aventurant qu'il ne tarderait pas à les rejoindre, pour devenir plus dangereux encore...

    Sa température corporelle ne faisait qu'augmenter, et bien qu'il ne ressente en rien ce changement, la multitude d'êtres qui l'entouraient semblaient quant à eux intrigués par cette présence. La chaleur qui émanait de lui le rendait bien repérable aux yeux de toutes ces créatures, et c'était la raison pour laquelle le jeune homme se tenait prêt à s'emparer de son couteau en cas de besoin. Ses sens avaient déjà commencé à se décupler, et l'usage d'une torche pour éclairer les environs était totalement superficiel. A croire que sa condition surnaturelle apportait tout de même quelques vagues avantages. Le jeune homme était arrivé à la lisière de la forêt, et gagna la ville de son pas élégant. Impossible d’imaginer quelle bête de férocité il pouvait parfois devenir.

    Alors que ses pas l’avaient mené dans un des quartiers les moins rassurants…
    Un bruissement attira son attention, à quelques mètres de lui, suivi d'un pas léger. Sourcils arqués, sens aux aguets, le jeune homme ne put se résoudre à s'éloigner. La lâcheté plaisait peut être à certains hommes, mais elle ne compterait jamais parmi ses défauts.. Se frayant un chemin sur l’asphalte encore brûlante du bain de soleil reçu dans la journée, Arès s'arrêta subitement, Il se retourna, distinguant vaguement la silhouette déjà lointaine de ce qui semblait être une simple personne. Hélas, les ténèbres nocturnes l'avaient déjà engloutie. Mais il savait que le danger était là, à proximité. Bien trop proche.

    Le frémissement de l'air, des dernières feuilles qui s'agrippaient encore aux branches nues des quelques arbres plantés ça et là – comme si cela pouvait rendre le quartier plus accueillant… -, sur le passage du nouvel arrivant, laissèrent le soin à l'esprit d’Arès de reconnaître là un vampire, cette fois. Et il ne tarda pas à poser un nom sur la jeune fille. Parce qu’il savait pertinemment qu’il y avait de grandes chances pour qu’il la croise ici, dans cette ruelle. Parce qu’il ne pouvait se mentir à lui-même, en reconnaissant qu’il avait cherché sa présence toute la soirée.


      ▬ Troys !


    Un grand sourire faussement ravi s'étendant sur ses lèvres de mousse, Arès McCaughan fit volte face et ouvrit ses bras en guise de bienvenue. Tout ceci à l'adresse de la jolie brune de vampire qui se trouvait à quelques mètres de là.

      Ravi de te rencontrer à cette heure tardive, Kristen.


    Un brin de sarcasme passa sur son visage, et il continua de la détailler de la tête aux pieds avec insistance.

    [ pardon pour la dernière moitié un peu bâclée, mais j’avais écrit la fin sur Word et mon ordi a planté… La flemme de recommencer tout.. ]
Revenir en haut Aller en bas
Lilly Miller

|| F O N D A T R I C E ||

avatar

Messages : 1036
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 26
Où te caches-tu ? : A Monster-City

Ma vraie nature...
Prénom : Lilly
Âge: 100 ans
Mes relations...:

MessageSujet: Re: Under the moonlight _ Kristen.   Ven 21 Aoû - 22:45

[tu rigoles ? J'*__* I love you comment tu écris !]

    Minuit. A cette heure, j’aurais du être dans mon lit. A cette heure, j’aurais du être auprès de mon fiancée. A cette heure, j’aurais du être partout sauf ici. Je ne savais pas vraiment pourquoi j’étais ici d’ailleurs. Ma vie était un vrai bordel ses temps-ci. Je n’étais pas sûre de savoir qui tenait réellement à moi. Toutes ces épreuves que j’avais vécues en seulement quelques jours, tout ça m’avait épuisée. Je n’étais plus sûre. C’est ce qui m’exaspérée et qui me faisait peur en même temps. En général, j’avais plus confiance en moi, et j’avais de quoi ! 99 ans d’existence sur cette Terre et pendant ces 98 premières années, j’avais trouvé la vie si belle. Non, l’éternité plus belle serait une phrase plus correcte. L’éternité était une chose incroyablement intimidante. Enfin, au début.

    Je me rappelle encore de ma transformation. Je sens encore le venin coulait dans mes veines. Le venin était quelque chose de très…bouillant. Ce venin était tellement fort que j’avais l’impression qu’il me bruler les vaisseaux sanguins au fur et à mesure qu’il coulait dans mes veines. Mon cœur me brûler lui aussi. J’avais envie de hurler, d’arracher mon cœur de ma poitrine tellement la douleur était insupportable. Mais je ne pouvais rien y faire. J’avais les yeux ouverts, mais je ne voyais rien. Je ne voyais que les ténèbres. Etais-je morte ? C’était la question que je m’étais posé. Et si c’est ça, la mort, je voulais vivre car ça faisait beaucoup trop mal. Je ne voyais donc pas mais je pouvais entendre. Et j’entendais une voix. Une voix d’une douceur indescriptible. C’est cette voix qui m’a fait tenir. Car même si je voulais hurler, aucun son ne sortait de mes lèvres qui, pourtant s’agitaient avec l’espoir, même le plus petit, qu’un son sortirait de ma bouche. Mais je souffrais en silence.

    Au bout de quelques heures, je me sentais partir. Alors la mort, c’était ça ? Une souffrance inqualifiable durant des heures et ensuite, le noir. Du haut de mes dix neuf ans, je n’avais jamais pensé à la mort. J’étais pleine de vie et cette expérience m’avait changé. Deux jours plus tard, je me réveillée. J’étais dans un lit, dans un appartement. Déjà là, à la seconde même où mes yeux de vampire avaient commencé à fonctionner, je savais. Je savais que j’avais changée. J’avais compris. J’avais compris que mon père n’avait pas survécue. J’avais compris que tout avait changé. Et je vis son visage. Le visage d’un homme au regard torturer mais tellement touchant. Il a était mon professeur car avant tout, j’avais soif. C’est d’ailleurs la première chose que je lui ai dite. J’ai soif. Mais pas d’eau, au que non. Soif de sang. Je sentais le sang couler dans ses veines et j’avais envie de planter mes dents devenues crochues dans son coup, dans son bras pour pouvoir aspiré ce sang qui m’avait l’air, sans même que je n’ai gouté, si gouteux.

    Il avait était mon professeur. Il avait été mon ami. Il avait été mon meilleur ami. Il avait été mon coup de foudre. Il avait était mon confident. Il avait était mon amant. Aujourd’hui, il était mon homme, mon fiancé. Mais il m’avait trompé. Il m’avait humiliée. Il m’avait fait douter. Il m’avait fait pleurer. Mais il m’avait choisie. Mais il m’avait demandé en mariage.
    J’ai accepté. Mais tous ces doutes, toutes ces craintes ne s’étaient pas dissipées. Elle s’était même amplifiée. Et peu importe ce qu’il me dirait, peu importe ce que j’entendrais, je douterais toujours. Etais-ce vraiment une vie ? Le doute ? Le doute permanant. Je ne le croyais pas.

    Voilà ce qui se passer dans ma tête. Voilà la cause de mon insomnie. Oui, cette nuit j’étais couchée aux côté de Quentin, comme j’aurais du. Oui, mais je ne trouvais pas le sommeil. Je sortis alors du lit et frémis lorsque je pris froid avec mon petit short et mon tee-shirt en guise de pyjama. J’avais enfilé dans la salle de bain un tee-shirt noir unicolore et un pantalon. J’avais recoiffé mes cheveux et j’avais pris les clés. J’avais fermé délicatement la porte pour ne pas réveiller Quentin. Lorsque je me retrouvai seule, dans les rues vides de monde, je marchais dans un premier temps. Je marchais dans ses rues noires, aussi noires que lors de ma transformation. Depuis tout ceci, j’avais peur du noir. Pas peur comme on a peur des araignées ou encore du vide. Peur car le noir, c’était l’inconnue. Le noir, c’était l’incertitude. Et c’était dans l’état d’esprit dans lequel j’étais en ce moment.
    Je ne voyais seulement que la lueur de la lune qui flotté au dessus de ma tête. Je me dis alors que je n’aurais pas du sortir un soir de pleine lune car tous les loups ne prenaient pas cette potion qui empêcher la transformation. Je ne savais pas trop si cette potion était vendue ou si seulement certains chanceux en bénéficié. Et au fond, je m’en foutée. J’avais assez de problèmes et de questions qui se baladaient dans ma tête pour en rajouter.

    Mes pas me menèrent dans les rues piétonnes de Monster-City. Je ne savais pas pourquoi j’étais ici. Je reconnue mon magasin et sans même me poser encore une question, je savais où je voulais aller. Je passais devant cette boutique que j’aimais tant et pour laquelle je consacrais tellement de mon énergie et tourna dans la petite ruelle qui était juste après la boutique. Je savais que cette ruelle était étroite et assez mal fréquenté mais je savais qui risquait d’y être.

    En m’engageant dans cette petite ruelle étroite et tapissé de pavés mal assemblés, je vis une ombre au bout de la ruelle. Je sentis un petit vent glacial décoiffé mes cheveux bruns. Je devinais qui c’était mais je fus totalement sûre lorsque je m’approchais un peu plus. La lumière de la lune éclaira alors le visage de la personne que je m’attendais à voir ici à cette heure. Je l’avais de suite reconnue à cette odeur de loup, odeur que je reconnaissais à trois kilomètres à la ronde.

      ▬ Troys !


    Voilà comment il m’appelait. J’avais beau lui dire que je haïssais le petit sourire qui c’était dessiner sur son visage, que je haïssais son odeur, son sourire, son visage, sa voix, tout ceci est faux. Car c’est bien Arès McCaughan, mon meilleur ennemi. Je ne savais pas si lui aussi pensais comme moi, mais au fond, je l’aimais bien.

      ▬ Ravi de te rencontrer à cette heure tardive, Kristen.


    Oui, j’avais fais exprès de venir ici en espérant le trouver. Devais-je l’avouer ? Je lui rendis alors son sourire et lui répondit :

      ▬ Mais tout le plaisir est pour moi !


    Je m’approchais de lui. Je me demandai un instant qu’est-ce que je faisais et je ne le savais pas. Quelque chose, au plus profond de moi, m'attirais chez lui. Une fois à quelques centimètre de son visage que je n’avais jamais vu d’aussi près, je levai la tête pour regarder la pleine lune et lui chuchota :

      ▬ Besoin d’un peu de compagnie lors de tes moments de vie en tant que monstre ?


    Au fond, ce n’était pas méchant. Il me le rendait bien. Je sentais son cœur battre à toute allure.


[C'est la première fois que je fais un RP aussi long O__O ]

_________________
    \"Le bonheur est salutaire pour les corps,
    mais c'est le chagrin qui développe
    les forces de l'esprit.\"
    - MARCEL PROUST -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rggrgergtrh.forumactif.com
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Under the moonlight _ Kristen.   Dim 23 Aoû - 13:39

[ Long & Intéressant, ton post est parfait Wink ]


      ▬ Mais tout le plaisir est pour moi !


    Alors qu’elle s’approchait – et Arès remarqua qu’ils n’avaient jamais été aussi proche, mais ceci n’est qu’une parenthèse – il put l’observer à sa guise, scrutant chacun des traits de son visage. La beauté vampirique dont elle était dotée était indéniable, et n’avait d’égale que sa manie de lui répondre à chaque fois qu’il s’amusait à la taquiner. Ces deux caractéristiques lui plaisaient, en réalité, même si tout ce qu’il disait à ce sujet laissait présumer le contraire. Ses yeux à eux seuls trahissaient son inhumanité, scintillant sous le ciel nocturne d’été tels deux béryls verts aux reflets mordorés. Captant la lumière de manière totalement surprenante, comme si chaque lueur était irrévocablement attirée par son regard, elle était là en possession d'une arme redoutable. Arès savait à quel point un regard aussi surnaturel devait lui être utile lorsqu’il s’agissait de manipuler quelqu’un. Au fil des mois, lui-même avait troqué ses prunelles bêtement bleues contre une couleur indéfinissable, même pour des êtres comme eux deux. La séduction de l'inconnu, de l'étrange. Beaucoup s'étaient laissé prendre à ce piège sans issues, et il aimait jouer de la fascination qu'il exerçait chez ses interlocuteurs pour arriver à ses fins. Comme si une simple oeillade déclenchait des ondes hypnotiques entraînant les autres dans ses sombres filets... Il repoussa de toutes ses forces ces pensées sordides. Depuis quelques temps, des images ainsi que des idées terribles lui venaient en tête, le répugnant au plus haut point. Se détachant à contrecoeur de sa contemplation, il s’écarta brusquement de Kristen, levant légèrement les mains telle la victime qu’il n’était pas. Comme toujours, il ne savait pas vraiment pourquoi il cherchait à la provoquer, très certainement au fond pour attirer son attention, allez savoir.

      ▬ Wow, doucement, je sais que tu as un faible pour mon irrésistible sang, mais tu ne me mordras pas ce soir ma chère…


    Et toujours le dessin de ce sourire qui venait animer son visage. Abandonnant peu à peu son habituel calme stoïque. Le lycan était capable de garder son sang froid en toute situation, mais depuis sa transformation il éprouvait parfois quelque difficultés pour ne pas se faire emporter par le flot d'émotions qui grondait en lui en permanence. Pourtant, seul son sourire trahissait ce qu'il ressentait, alors qu'il modelait son regard à sa guise pour laisser transparaître de faux sentiments. Et dire que la plupart des gens croyaient voir là le miroir de son âme... Foutaises!
    Le jeune homme reporta son attention sur elle, alors qu'elle avait repris la parole de son ton légèrement mordant. Il avait fini par s'y habituer, et sans doute n'était il pas plus tendre avec elle qu'elle ne l'était avec lui.


      ▬ Besoin d’un peu de compagnie lors de tes moments de vie en tant que monstre ?


    Bien qu'il eut tressaillit à ses mots, la maturité acquise tout au long de ces vingt-deux années mouvementées lui permit de dissimuler son agitation. A son tour il s'était approché d'elle, et il se souvint de l'ouïe extrêmement fine des vampires. Les battements du coeur d'Arès qui martelait sa poitrine devaient sans peine arriver aux oreilles de Kristen, ce pourquoi il s'écarta de nouveau, comme si sa proximité lui était insupportable. La vérité en était bien loin. Arès fit mine de s'incliner sous sa phrase, comme si elle venait de lui assener un coup dont il ne se remettrait pas. Oubliant de conserver une bonne dizaine de centimètres entre eux, comme il le faisait le plus souvent, pour rester raisonnable ; il revint se placer en face d'elle, lui imposant son mètre quatre-vingt dix, tout en la toisant de la tête au pied avec un air narquois imprégné sur le visage. Il se souvenait encore de leur toute première rencontre, il y avait quelque temps déjà. Une sorte de méfiance s'était installée entre eux, et ils ne cherchaient en aucun cas la compagnie de l'autre. Puis était arrivée la période des vannes, ou chacun se moquait de l'état inhumain de l'autre. Bien que cette phase ne fut pas encore révolue, une sorte d'entente s'était établie entre eux, comme si d'un commun accord ils avaient décidé de faire la paix, sans pour autant en parler à voix haute.

      ▬ Le monstre s'ennuyait, seul. Mais toi, que fais-tu donc en dehors de ton cercueil ?! Ce n’est pas une heure pour une petite sangsue comme toi…


    Son ton était à nouveau théâtral, exagéré. Ses intonations lui donnaient un air de ces vieux comédiens du dix-huitième siècle. Avait- elle connu cette époque, elle dont le visage ayant conservé ses allures de fin d’adolescence était emprunt d’un savoir lui donnant un âge plus mature ? Arès ne le saurait certainement jamais, car il ne s’abaisserait pas à la questionner sur ce sujet, comme s’il s’intéressait à son ancienne vie. Et pourtant, ce n’était pas l’envie qui l’en aurait empêché. Il s’était remis à marcher, tournant autour d’elle, comme il l’aurait fait autour d’une proie. Et pourtant. L’affrontement auquel ils se livraient ne dépassait jamais la barrière des mots, et jamais il ne se serait attaqué à elle physiquement. C’était pourtant fréquent de voir un vampire et un loup se battre en pleine rue, pour des problèmes d’éthique relatifs à chacun. Arès n’avait jamais rien vu de plus stupide, lui qui aimait attaquer psychologiquement, laissant les coups aux personnes n’ayant pas assez de répartie pour se défendre par les mots. Frapper sur son prochain était bon pour les animaux, dépourvus de parole et de diplomatie. Certes Arès s’était déjà battu, mais n’en tirait aucun plaisir… Enfin, avant. Avant qu’il ne devienne ce qu’il était désormais. A présent, il lui arrivait de savourer ces poussées d’adrénaline précédent les combats, à son grand dam d’ailleurs.

Revenir en haut Aller en bas
Lilly Miller

|| F O N D A T R I C E ||

avatar

Messages : 1036
Date d'inscription : 11/07/2009
Age : 26
Où te caches-tu ? : A Monster-City

Ma vraie nature...
Prénom : Lilly
Âge: 100 ans
Mes relations...:

MessageSujet: Re: Under the moonlight _ Kristen.   Mar 25 Aoû - 1:32

      ▬ Besoin d’un peu de compagnie lors de tes moments de vie en tant que monstre ?


    Alors qu’il avait fait un pas en arrière, c’était maintenant lui qui s’avança vers moi. Plus il était proche, plus je pouvais entendre les battements de son cœur. Il battait très vite. Je crois d’ailleurs qu’il l’eut remarqué car il eut par la suite un petit mouvement de recul. Arès ne devait pas vraiment aimer que je puisse entendre ses pensées ainsi qu’entendre les battements de son cœur car peut-être qu’il pouvait dire le contraire devant moi, son cœur ou ses pensées ne mentaient jamais. Son cœur, il ne pouvait – malheureusement pour lui – pas le contrôler mais ses pensées, oui.

    Ses pensées étaient assez confuses à se moment là et je savais très bien qu’il le faisait exprès, il ne voulait pas que je les entends et je pouvais parfaitement le comprendre. Je ne compris pas vraiment pourquoi, mais je le vis se rapprochais petit à petit de moi, laissant son visage passer de la pénombre de la lune à sa lumière qui lui donner un teins presque aussi pâle que le miens. Lorsqu’il fut assez prêt de moi, je dus lever la tête car il était assez imposant avec son mètre quatre vingt dix comparé aux quinze centimètres de moins que je faisais. Je savais qu’il ne prendrait pas mal ma phrase car notre relation, aussi bizarre pouvait-elle être; marchait comme ça. Je reculais un peu pour voir son visage puis entendis cette phrase sortir de sa bouche qui semblée parfaitement placée sur son visage qui me sembler, à cette heure, parfait. C’est aussi dans ses moments là que j’étais bien contente qu’il ne puisse pas lire dans mes pensées…

      ▬ Le monstre s'ennuyait, seul. Mais toi, que fais-tu donc en dehors de ton cercueil ?! Ce n’est pas une heure pour une petite sangsue comme toi…


    Sangsue, j’avais tellement l’habitude qu’il m’appelle ainsi. C’était soit « Sangsue », soit « Troys ». Il avait sortie cette phrase avec un ton exagérée et j’entendis alors qu’il pensait à moi. Il se demandait si j’avais connue le dix-huitième siècle. Non mais oh ! Il me croyait si vieille que ça ?! C’est vrai qu’Arès et moi avions une relation bien particulière. Nous nous connaissaions bien avant avoir été enfermé ici et nous nous sommes tout de suite détester. Son arrogance lorsqu’il m’adressait la parole me mettait dans tous ces états et je croyais vraiment qu’il ne m’aimait pas. Mais via ses pensées, je sus un jour qu’il avait un peu de sympathie pour moi, à travers mes vannes très souvent déplacées. C’est là que notre relation commença à devenir assez étrange. Nous nous détestions en paroles mais au fond, nous nous aimions bien. Et c’est vrai que quelque chose me en lui m’intriguer et m’attirer vers son caractère décalé. Je lui répondis alors sur le même ton que lui :

      ▬ La sangsue s’ennuyait, seule.


    Alors que j’avais prononcé ces mots, je m’étais encore plus approchée de lui. Je n’étais pas vraiment une allumeuse mais j’adorais avoir sa réaction lorsque j’avais des gestes plus osées envers lui. Car c’était dans ses moments là que j'avais l’impression qu’il était nu devant moi : je savais exactement le ressentiment qu’il avait à ses moments et ce ressentiment me déplaisait dans un sens mais m’amuser dans l’autre. A force de jouer à ce petit jeu avec lui, j'avais compris que mon charme, enfin, mon charme vampirique ne laisser pas indifférent le cher Arès. Mais tout le monde savait que rare étaient ceux – vampires & loups – a développé des sentiments amoureux l’un en vers l’autre. C’était donc ce qui rendait la relation entre Arès et moi si intéressante.

      ▬ Ose avouer que tu savais que je trainerais ici un soir de pleine lune.


    Sur ce coup là, je ne savais pas du tout se qu’il allait répondre.

_________________
    \"Le bonheur est salutaire pour les corps,
    mais c'est le chagrin qui développe
    les forces de l'esprit.\"
    - MARCEL PROUST -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rggrgergtrh.forumactif.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Under the moonlight _ Kristen.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Under the moonlight _ Kristen.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jonas Fans :: Autres :: Archives :: Rp-