Jonas Fans


 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il y a si longtemps... [ Ares&Aileen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Il y a si longtemps... [ Ares&Aileen]   Ven 21 Aoû - 14:45




    Do you remember me ?





    Et si je vous disais que tout ce que vous pouvez aimer n'était en fait qu'illusion, piètre aberration de votre subconscient qui vous entraîne dans cercle vicieux ne vous montrant que le côté positif et futile de votre pitoyable vie. On appelle sa voir le verre à moitié plein, laissez-moi rire ! Votre vie est insignifiante, vos choix aussi compliqué et dur soit t-il ne sont en fait qu'une apparence consistant à vous dissimuler le fait que votre vie est déjà toute tracer et vous donne l'impression de contrôle sur vous-même alors que vous ne contrôlez absolument rien. Une chose, une seule, un mouvement peu vous coûtez la mort, ou la vie éternelle pour les plus chanceux... Quoi que chanceux serait un bien grand mot pour le mal-être qui vous enferme dans le même corps pour l'éternité. Devenir un vampire c'est d'abord souffrir, une souffrance dépassant tout ce que vous pouvez connaitre, une souffrance au-dessus de tout ! C'est aussi se sentir faible, faible de ne pas pouvoirs résister à l'envie de tuer, de planter ses crocs acérée dans le cou de pauvre victime, Aileen n'as étrangement jamais ressentit cette sensation, c'était un plaisir pour elle, après tous ses pauvres innocents étaient prédestinés à lui servir de quatre heures. Ce qu'elle ressentit était différent, elle se haïssait de dépendre du sang de stupide et naïf humains, de ne pouvoirs s'en passée. Dans sa vie avant de devenir ce qu'elle était elle n'avait jamais dépendu de qui que ce soit excepter son père, à sa mort elle en avait souffert et c'était promis de ne plus dépendre de personne.

    Le crépuscule approché, une nuit sans lune, Aileen se préparait à comme d'habitude errer dans les rues de Monster-city. Chaque nuit, Aileen vagabonder dans les rues envahit la plupart du temps de vampire durant quelques heures puis finissait toujours par se retrouver dans le bois pour chasser elle tuait un ou deux cerf et finissait cette interminable nuit dans le parc ou le soleil levant lui indiquait qu'elle devait aller en classe, elle y allait cependant très peu, depuis son enfermement Aileen passait son temps a préparée son évasion, elle détestait les règles, elle ne tolérait pas qu'on lui dicte sa conduite, elle ne voulait pas rester enfermée dans cet endroit. L'astre majestueux déclina, puis laissa place au ténèbres de la nuit, Aileen sorti en fermant la porte de son appartemment derrière elle et disparut dans les rues infester de créature en tout genre. Elle avait une démarche sûre, gracieuse, élégante et incroyablement hautaine. Aux premiers abords il était rare qu'on l'accoste, malgré ses cheveux d'un orange vif et ses airs de jeune fille innocente elle dégageait cette aura propre à-elle qui la rendait lointaine et glacial.

    Une heure ou peut-être deux s'écoulèrent et Aileen finit par partir chassé. Elle se contenta malheureusement que d'un cerf et abandonna plus par ennuie que par fatigue de courir partout dans le bois. Elle arriva au parc, s'adossa à un tronc d'arbre et ce laissa glisser. Face à elle un lac, incroyablement calme. Au loin Aileen percevait des paroles, les vampires faisait la fête comme pratiquement chaque nuit. Elle avait longtemps était de ceux-là, ceux qui veulent être positif, qui sont certes enfermé mais, qui continue de danser et s'amuser. Ce temps était révolu, cette vie l'ennuyer à quoi sert la vie éternelle si on est coincée partir. Submergé par ses pensées elle finit par sentir une odeur de chien mouillé . Aileen leva les yeux ...


    "Les loups se promène la nuit à présent ?"

    Sa voix était tranchante, froide, claire avec ce soupçon presque imperceptible d'innocence, c'était si naturel chez elle. Elle ne pris pas la peine de se lever et resta là sur le sol. Elle ne risquait rien, un loup-garou, elle n'en avait pas peur, l'odeur certes horrible lui était supportable à vrai dire à force de cohabiter ici avec tant de créature elle s'y était faite et n'y prêtait plus attention. Elle dévisagea l'homme fasse à elle, à peu près son âge, grand, blond. Que faisait t-il ici dans le parc ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité
avatar


MessageSujet: Re: Il y a si longtemps... [ Ares&Aileen]   Sam 22 Aoû - 19:55


    « And then one day, one magic day she passed my way »


      Une vingtaine d'années plus tôt.


        La noirceur opaque de la nuit. Des rires, laissant bientôt place à des hurlements à vous fendre l'âme. Ces cris désespérés qui lacéraient le silence, tranchaient l'air en se raccrochant désespérément à une vie leur filant déjà entre les doigts. Des personnes couraient autour de lui, dans une précipitation qu'il ne comprenait pas. Lui ne bougeait pas. L'enfant immobile au milieu du tableau morbide. Il n'avait pourtant pas peur, la situation l'intriguait simplement. Pourquoi s'affoler, alors que personne ne semble voir que vous êtes là.

        C'est alors qu'il la vit. Elle ressemblait un peu à ces dessins dans les livres, vous vous dîtes que ce n'est que le fruit de l'imagination de l'auteur, et pourtant, vous voudriez croire qu'ils sont réels. Il écarquilla ses yeux d'un bleu presque irréel, ne pouvant se détacher d'elle. Elle était différente de tout ce qu'il avait pu voir auparavant. Sa peau immaculée le fascinait, la lune donnant une allure argentée à son teint diaphane. Ses cheveux de feu peaufinaient cette aura surnaturelle qui se dégageait d'elle.
        Quelqu'un le bouscula, et sa tête heurta la surface terreuse du sol, une douleur cuisante envahissant l'arrière de son crâne. Sonné, dans son champ de vision réduit se déplaçait deux silhouettes, fusant l'une autour de l'autre, si rapidement que personne n'aurait pu définir de qui il s'agissait. Le petit garçon ne voyait que deux traces de lumière sous la lueur des étoiles, qui miroitaient sur leur visage. Lorsque les silhouettes ralentir leur course, avant de se stopper, l'une d'entre elle fut propulsée à quelque mètre de là. Ne restait plus alors que cette fille. L'enfant, reconnaissant, se précipita alors vers elle. Arès devrait attendre deux décennies avant de revoir la jeune "fille".


    Aujourd'hui.


    Arès traversait la foule de sa démarche souple et rapide, sans même frôler les personnes l'entourant, qui quant à eux attendaient bêtement que les autres avancent, bousculés de tous côtés. Un sourire qui en disait long se fondait sur son visage. Sourire qui le révulsa immédiatement. D'où lui était venu ce sentiment de supériorité? Lui qui avait toujours su ne rien dévoiler de ses émotions, et encore moins faire preuve d'autant d'orgueil. Le jeune homme rencontra quelques personnes usant et abusant de leurs qualités surnaturelles, comme s'il s'était agit d'un jeu. Les voir ainsi manier leurs pouvoirs à leur guise, tout en se croyant invincibles le blasait au plus haut point.

    La maîtrise de soi lui semblait devenir une qualité essentielle, en ces temps où les engrenages de la traque des vampires et des loups se mettait doucement en route. C'était une nuit sans lune, et à la sortie de la ville, l'obscurité en était d'autant plus épaisse. Ombre indomptable. Filant entre les arbres, leurs dernières feuilles frémissant sur son passage. La luxuriante végétation des environs avait commencé à abandonner sa duveteuse verdure, au profit des tons de feu. Les yeux d'Arès distinguaient les moindres détails qui l'entouraient, malgré sa vitesse, et la pénombre. Un humain n'aurait en temps normal pu remarquer son état de lycanthrope. Mis à part sa température corporelle flirtant avec les quarante degrés, et ses sens anormalement développés, rien ne témoignait de son léger problème capillaire survenant les nuits de pleine lune. A part ce soir là. La douleur qui grondait au fond de ses entrailles ne lui laissait point le loisir de s'extasier devant ces paysages flamboyant. Il aurait pu se nourrir d'un animal, tout serait allé si vite... Et personne n'en aurait rien su. Mais après ce temps passé à se repaître d'hémoglobine et de chair humaine, Arès en était devenu difficile... Il n'avait en général pas ou très peu de souvenirs de ses transformations, et donc de ses victimes. Se réveiller sans aucun souvenir, le goût amer d'un sang étranger sur le palais, était assez traumatisant. Et même s'il lui arrivait de ne se rappeler d'absolument rien, il n'était pas dupe. Si les repas humains ne le satisfaisaient plus qu'à moitié, alors que la pleine lune était loin, il y avait forcément un problème. Les passions "légèrement" sadiques qu'il se découvrait de jour en jour le dérangeait, révolu le temps où il était entièrement maître de ses actes et de ses pensées.

    Il déambulait désormais sur un sentier qui sinuait entre les arbres, vers son exutoire favori. L'esprit torturé, ignorant pourquoi ses pas le menaient une fois de plus vers le lac, lieu de prédilection de ces autres créatures étranges nommées vampires. Une silhouette se découpait dans la nuit, au loin, et le jeune homme fixa son regard sur elle, comme l'on fixe une lueur à travers un couloir obscur. Une voix tinta au loin, et il n'eut pas de mal à comprendre que c'était bel et bien à lui qu'elle s'adressait, puisqu'il n'avait pas senti la présence d'un autre loup. Malgré ses intonations cassantes, la voix se révélait mélodieuse et claire, à en faire pleurer tant sa tonalité était parfaite. Un frisson glaça l'échine du lycan. Dans sa vie il n'avait entendu une telle voix qu'une seule fois, et la curiosité le poussa à s'approcher davantage d'elle... Au gré de ses enjambées, le médaillon ornant le collier qu'il portait au cou martelait sa poitrine, mais c'est uniquement lorsqu'il sortit de l'ombre et qu'il la reconnut qu'il s'arrêta, son visage pâlissant à vue d'oeil. Ce fut comme si un torrent d'eau froide se déversait sur lui, comme si son coeur était agité d'un soubresaut, avant de repartir d'une pulsation rapide, à en faire éclater sa cage thoracique, comme une boule de peine enflant dans sa gorge jusqu'à l'étouffer... Comme si son ventre se tordait, un souffle d'espoir gonflant dans ses entrailles...

    Puis, il réalisa qu'elle ne le reconnaîtrait pas, après tant de temps. Si elle était restée la même en tous points, il avait gagné en âge, et tout chez lui était transformé. Même ses yeux auparavant couleur d'eau agitée étaient désormais ponctués de reflets mordorés. Le médaillon disparaissait en partie sous le col de son T-shirt, et c'était hélas le seul souvenir qu'il avait gardé d'elle. Son ton l'avait surpris, et lui avait déplu. Les enfants ont tendance à enjoliver la réalité, et il n'en avait ici que la preuve la plus flagrante. Même si son physique était resté aussi parfait.


      ▬ Très spirituel.


    Il avait repris ses esprits désormais, et le ton de sa voix ténébreuse avait regagné son habituelle assurance. Ses mots claquèrent dans l’air tel un coup de fouet. A cette heure ci, Arès ne savait plus vraiment sur quel pied danser, bien que son visage ne trahisse plus son malaise. Au loin, les vampires. Le jeune lycanthrope eut un fin sourire débordant de sarcasme, en observant la jolie vampire.


      ▬ On ne fait donc pas mumuse avec ses amis?
Revenir en haut Aller en bas
 

Il y a si longtemps... [ Ares&Aileen]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Jonas Fans :: Autres :: Archives :: Rp-